Règles douloureuses – y faire face naturellement

Je pense ne pas me tromper en disant que nous sommes nombreuses à avoir pris très (très) jeune la pilule pour lutter contre les douleurs de règles. Mais également, l’acné, et autres troubles associés à nos (premières) règles.

Saviez-vous que d’autres alternative naturelle existe? Et ce dès le début, dès nos premières règles?
Ensemble nous allons passer au travers des différentes options possibles:

S’aider des plantes:

Achillée millefeuille: les sommités fleuries ont une action antispasmodique qui permet de soulager les douleurs de règles. Elle peuvent également aider à soulager les troubles digestifs.

Alchémille Vulgaire: est une plante vivace riche en tanins. Elle stimule la circulation du sang et permet également de soigner les problèmes féminins.

Framboisier: les feuilles sont dépurative et astringente en cas de diarrhées et troubles intestinaux. Elles activent la production de bile et son évacuation. Mais surtout, le framboisier soulage en cas de règles douloureuses

Matricaire : est une plante aux vertus anti-inflammatoires puissantes. Elle contribue à diminuer les contraction pelvienne pendant vos menstruations et diminue de fait les douleurs.

Viburnum (viorne) : est une plante qui aide aussi à apaiser les douleurs menstruelles, la sensation de jambes gonflées et lourdes. Elle a aussi une action sur les règles abondantes.

Sauge officinale: est une plante qui est dotée d’une activité œstrogène-like: limite et soulagent les bouffées de chaleurs, les troubles liées à la ménopause et les douleurs de règles *

Réglisse ratissée : soulage généralement le système digestif grâce à une action anti-inflammatoire.

*attention: la Sauge (en infusion ou en huile essentielle est à éviter en cas de cancer hormonaux dépendant dans la famille et chez les épileptiques)

S’aider des huiles essentielles:

En ingestion: les huiles essentielles de Romarin à Camphre, de Sauge Sclarée et de Petit grain bigarade agissent respectivement sur l’harmonisation de la communication cerveau-ovaire, en soutient à visée ostrogénique et sur l’apaisement de l’humeur.

Dans un flacon compte goutte teinté de 10mL, verser 3mL (= 90gouttes) de chaque HE) .
Déposer ensuite 3 gouttes du mélange sur un carré de sucre à laisser fondre en bouche matin et soir en fin de repas, 3 semaines par mois : du 8e au 28e jour du cycle), pendant 3 mois.

*attention: la Sauge (en infusion ou en huile essentielle) et l’huile essentielle de Romarin verbénone sont à éviter en cas d’antécédent de cancer hormonaux dépendant dans la famille et chez les épileptiques)

En massage:
Formule à préparer dans un flacon de 20ml :

1ml d’huile essentielle d’estragon,

1ml d’huile essentielle de basilic exotique,

1ml d’huile essentielle de pin de Patagonie,

1ml d’huile essentielle de petit grain bigarade si déprime associée,

Complétez avec 15ml d’huile végétale de calophylle: produite à partir du fruit du calophyllum, cette huile est d’abord une fluidifiante sanguine : elle active la circulation veineuse. Convient à tous les type de peau.

Appliquez 20 gouttes du mélange en massage sur le bas-ventre, 3 à 4 fois par jour pendant les règles. Vous pouvez y ajouter votre bouillote pour un effet antalgique encore plus rapide.


Attention: les huiles essentielles sont puissantes, n’hésitez pas à voir un spécialiste avant toute utilisation. ne pas consommer ou utiliser en cas de grossesse suspectée ou avérée (mais dans ce dernier cas les douleurs de règles sont loin!)

S’aider de l’alimentation

Une alimentation à visée anti-inflammatoire est important. Cela commence par le choix des bonnes matières grasse: huile d’olive, de germe de blé, d’argan, de lin, de noix, de colza, de chanvre.
Mais également les oléagineux, les poissons gras.
On booste ses apport en Oméga 3.
(mais attention, les poissons gras: pas + de 2 fois dans la semaine pour éviter une surcharge en métaux lourd, et donc une saturation du foie)

Bannir le plus possible les graisses saturées qui entretiennent le phénomène d’inflammation.
Les sucres rapides, à indice glycémique haut, sont déconseillées: leur consommation va venir favorisé l’hypoglycémie réactionnelle. C’est à dire, le coup de fatigue et parfois la faim revenant quelques heures après le repas, lorsque le taux de sucre chute brusquement.
Cela peut engendrer des symptôme proche de ceux du syndrome (pré) menstruel.

Sans grande surprise: éviter au maximum les plats tout prêts, souvent trop salés, les sodas, et les excitants en excès (café, thé, viandes rouges)
Préférer les légumes frais ou à défaut congelés.

Une alimentation anti-inflammatoire passe également par la diminution / suppression des sauces trop sucrée/salées et industrielle, des charcuteries en trop grandes quantité.

L’équilibre est vraiment l’idéal, et le régime crétois ou végétariens durant cette période est une bonne solution!

S’aider de méthodes douces:

Le Sophrologie, le Yoga, la Méditation, la chiropraxie, l’ostéopathie…
Ce sont des méthodes pouvant vous aider à relâcher la pression, le stress, et atténuer vos douleurs, vos émotions.
Et comme nous sommes toutes différentes et unique: n’hésitez pas essayer afin de trouver la méthode qui vous correspond!

Ces conseils sont des conseils de bien-être. La naturopathie (et donc moi-même) ne se substitue pas à la médecine générale et/ou aux autres spécialités médicales.
N’hésitez pas à consulter votre médecin, votre pharmacien en cas de doutes, de troubles et autres.
Vous pouvez également consulter votre naturopathe préféré pour + de renseignements, afin d’obtenir un bilan personnal
isé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *