La respiration

Quoi de plus naturelle que la respiration ? Elle nous anime dès la première seconde de vie, jusqu’à notre dernier souffle, au rythme des inspirations et des expirations, sans que nous prêtions grande attention à ce phénomène spontané.
Mais comment cela se passe ?

En Sophrologie, nous mettons en jeu notre respiration au travers de différents exercices, permettant un retour au calme, une détente, des sensations de bien-être, …
J’ai donc à cœur de partager avec vous pourquoi en agissant volontairement sur notre respiration , nous entrainons ces sensations positives.

En situation « idéale », notre respiration est équilibrée par l’interaction de deux systèmes: le système nerveux autonome et le système nerveux somatique. L’homéostasie* est maintenue dans le corps.
Cet équilibre va permettre de maintenir et de contenir les effets du stress dans notre corps.

Le système nerveux autonome agit, comme son nom l’indique, de manière automatique, sur tous nos organes. Il régule notamment notre rythme cardiaque, notre digestion, l’inflammation, notre tension artérielle et notre respiration naturelle et involontaire.

Ce système autonome se divise en trois parties:
– le système Entérique, dont nous ne parlerons pas ici, qui contrôle le
système digestif,
– le système Orthosympathique,
– le système Parasympathique.

Le système Orthosympathique
Il est appelé également système adrénergique, régule les mécanismes de défenses et d’urgences. Ce système prépare le corps à l’action, afin qu’il puisse réagir dans les situations de stress.

Le système Parasympathique
Il est appelé également système vagal, car contrôlé par le nerf vagal est à l’inverse un régulateur de stress, ayant un rôle de « frein »

Dans un système équilibré, ces deux systèmes sont équilibrés, les transferts des gaz sanguins dans le corps se font correctement, l’oxygène arrive en quantité suffisante, et le dioxyde de Carbonne est rejeté facilement.

Que se passe-t-il en cas de situation de  » stress » chronique?
Le stress est un ensemble de réactions physiques et physiologiques de l’organisme, face à une situation particulière, que l’on dit stressante, et/ou des facteurs de stress. Le stress devient chronique lorsqu’il intervient sur un temps prolongé.

En cas de stress passager, l’homéostasie* entre les deux systèmes permet de réguler ce stress et donc d’avoir un impact moindre sur notre organisme.

En cas de stress chronique, l’impact sur notre organisme est tout autre !

Le système Orthosympathique se trouve fortement stimulé, et entraine alors une accélération du système cardio-vasculaire, une augmentation du glucose dans le sang, une perturbation de la respiration (apnée, essoufflement, rythme saccadé…).
Les effets sur notre corps seront alors une probable augmentation de la tension artérielle, une grande fatigue, des problèmes digestifs…

Le système Parasympathique n’arrivant pas à maintenir cette forte augmentation de stress, le déséquilibre s’installe, durablement. Et le corps souffre alors de ce stress.

Afin de ne pas laisser son corps dans cette situation de stress mais également et surtout , afin de ne pas « en arriver là », la Sophrologie peut être d’une précieuse aide.

En effet, une respiration abdominale et diaphragmatique va venir stimuler le système parasympathique et alors favoriser un retour à l’équilibre et une autorégulation de l’ensemble de l’organisme surstimulé. Grâce à cette respiration, le rythme cardiaque ralenti, la circulation sanguine s’améliore. Le cerveau étant mieux oxygéné, l’activité cérébral est améliorée, permettant ainsi une meilleure concentration, une meilleure réflexion, mais aussi une meilleure récupération grâce à un sommeil de qualité.
Le système immunitaire est alors renforcé car moins éprouvé par ce stress, qui n’est pas seulement émotionnel (chaque cellule du corps est en « stress », impliquant une diminution de l’immunité, car épuisées, les cellules ne peuvent remplir leur rôle).

*En biologie et en systémique, l’homéostasie est un phénomène par lequel un facteur clé est maintenu autour d’une valeur bénéfique pour le système considéré, grâce à un processus de régulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *